Programme de gouvernement pour une société nouvelle

confiance, responsabilité, solidarité

E.N, matières obligatoires

L’histoire: elle devra être enseignée avec en tête deux objectifs:
- faire prendre conscience de la solidarité humaine,
- expliquer la structure et le fonctionnement de la société actuelle.

La géographie: elle sera enseignée dans une perspective écologique et pour faire prendre conscience de la solidarité de tout le règne vivant.

Les mathématiques: outre celles qui seront utiles aux projets collectifs, je tiens en particulier à ce que l’accent soit mis sur l’étude des probabilités et de la statistique dans le but de rendre les élèves capables de juger avec leur raison et non à partir d’émotions à fleur de peau, comme c’est le cas par exemple en ce qui concerne la sécurité, ainsi monter dans un avion, se promener en ville sont beaucoup moins dangereux que rouler en voiture ( A ce jour ).
La démonstration en mathématiques doit reprendre la place d’où on l’a jetée pour former à la concentration à la rigueur et à la clarté d’esprit. Il existe à ce sujet des livres de jeux mathématiques très attrayants . Les mathématiques ne constituent pas une matière difficile en soi, mais elles nécessitent beaucoup de concentration, or les études effectuées à ce jour montrent que les élèves qui leur sont rebelles ont souvent des problèmes affectifs profonds. Des psychothérapeutes seront donc attachés aux établissements scolaire.

La littérature: Il va sans dire qu’elle aide à former l’identité culturelle, mais elle devra être choisie en fonction de l’âge et des centres d’intérêt des enfants et pas seulement de ceux des professeurs ou des inspecteurs. Par exemple, il est absurde d’enseigner le Cid à des enfants qui n’ont pas encore connu de conflit entre le devoir et la passion amoureuse.

La physique et la chimie: elles seront enseignées que dans le cadre des projets. Il me semble utile de les enseigner à travers l’histoire des sciences.

Les langues étrangères: Pour ce qui est de l’apprentissage des langues, les petits enfants peuvent en apprendre plusieurs facilement, c’est un fait constaté dans les familles bilingues. Il suffira donc d’engager des enseignants de langue maternelle étrangère dans les classes maternelles et qui animeront les “classes” dans leur langue.
A partir de l’école primaire et du secondaire, elles continueront à être pratiquées dans le cadre d’échanges internationaux, projet à l’appui.
Une grande part doit être accordée au sport et aux disciplines artistiques.
Tout en accordant la plus grande importance à notre patrimoine culturel,  de nouvelles matières doivent être introduites telles que la l’analyse critique des œuvres audiovisuelles.

En ce qui concerne l’informatique, sauf comme outil d’apprentissage et de documentation, elle n’a pas sa place à l’école en tant que matière technique à part entière. C’est une spécialité, et si l’école devient conforme à l’idée que je m’en fais, les élèves auront une tête suffisamment bien faite pour l’aborder avec aisance quand ils en auront envie. D’ailleurs, ils se passent fort bien de l’école pour apprendre à se servir d’un ordinateur, témoins, l’aisance avec laquelle ils surfent sur le web. Ils se passent aussi fort bien de l’école pour apprendre un tas de choses utiles à la vie. Les spécialités ne seront donc enseignées que dans les grandes écoles et dans les universités mais non dans le secondaire. Toutefois, des ateliers dans tous les domaines qui peuvent intéresser des jeunes y seront disponibles précisément pour pouvoir répondre à leurs attentes et travailler par projets.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Le blog de Thomas Chaumeil |
Pontault avec Ségolène Royal |
Maithé Carsalade |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ségo Vincennes
| mémorial blog
| Section du Parti Socialiste...